By URL
By Username
By MRSS
Enter a URL of an MRSS feed
 
or

Loin, très loin de ses ennuis judicaires, Jacques Chirac a voulu prendre de la hauteur ce matin, lors de la remise du prix de sa fondation pour la prévention des conflits. Le discours qu’a tenu l’ancien Président ne froissera personne. Il part d’un constat simple, voire simpliste : « La guerre est mère de toutes les pauvretés ».En 2002, devant l’ONU, on avait retenu le fameux « notre maison brûle et nous regardons ailleurs ». Cette fois, Chirac aura lancé « notre monde est grand et terrible », dénonçant tout de même, au passage, la « communauté internationale (qui) s’accommode de conflits ouverts ou larvés ».Face à la crise « qui accroit les risques et inégalités » surtout « dans les pays pauvres » ou encore la guerre « qui n’est pas un phénomène du passé », Jacques Chirac a voulu « honorer » « les militants de la paix » qui « combattent le mal ». Ces « vigiles de la paix », insiste le Président, « issus de la société civile » qui ont « la force de la parole et de la main tendue ». Car si « l’action politique exige une vision et une hauteur de vue, estime Jacques Chirac, elle a besoin de relais ».