By URL
By Username
By MRSS
Enter a URL of an MRSS feed
 
or

Budget : zéro marge de manœuvre La réponse avait son importance. Bruxelles a avalisé ce vendredi le projet de budget de la France pour 2014. Toutefois, l’exécutif européen a estimé que le texte n'offrait aucune marge par rapport au respect des engagements français et s’est montré réservé sur les réformes de François Hollande. Appelée pour la première fois à valider les projets de budget des pays de la zone euro, la Commission européenne a accordé, ce vendredi 15 novembre 2013, un tiède satisfecit au document français, qui doit faire passer le déficit public de 4,1 % à 3,6 % du PIB. Car si le plan budgétaire français, jugé « en ligne » avec les exigences du Pacte de stabilité et de croissance, est validé par Bruxelles, il n’en est pas moins considéré comme préoccupant par l’exécutif européen. Dans son avis, la Commission note que la France « a pris les mesures nécessaires pour corriger son déficit en 2013/2014 ». Toutefois, elle s’inquiète d’une absence de marge de manœuvre en cas de dérapage. Sur le plan fiscal, les recettes ont baissé par rapport au printemps et la Commission estime que cela pourrait encore s’aggraver, alors qu’un certain flou règne sur l’impact de certaines mesures fiscales, notamment la suspension de l’écotaxe. Mais surtout, ce sont les réformes hexagonales à moyen terme qui laissent l’exécutif européen le plus sceptique. Ainsi, si Bruxelles considère que la réforme des retraites va bien réduire le déficit, elle la juge insuffisante, notamment à cause de la situation des caisses de la fonction publique et d’entreprises publiques. L’absence de mesures concrètes pour la réduction des dépenses des collectivités locales est également critiquée, de même que le manque de précision dans les annonces de réduction du coût du travail. Enfin, la commission regrette qu’il n’y ait pas eu de progrès depuis le printemps sur l’ouverture de certaines professions réglementées et l’ouverture à la concurrence du transport des passagers sur les lignes...